Réinventer le monde une question à la fois

Une conversation intime avec Philippe Dufort, professeur à l’Université Saint-Paul et membre du conseil d’administration au Mitis Lab

Philippe a consacré plus de 10 ans à étudier l’innovation stratégique en contexte de guerre. Passionné par l’innovation et la transformation sociale, il se dédie à présent aux collectivités du Québec. Comprendre la racine des problèmes pour imaginer des solutions et comprendre comment nous pouvons intervenir ici, voilà ce qui l’allume.

« Comment pouvons-nous faire pour mieux vivre ensemble? Comment provoquer une véritable transition socio-économique dans les régions du Québec? Comment réinventer le modèle de la communauté? Quels sont les outils que nous pourrions acquérir ou inventer pour arriver à changer profondément notre modèle socio-économique? »

Ce sont là des questions qui l’ont toujours habitées et qu’il aime partager avec les  gens qui s’en passionnent. C’est pourquoi, nous avons eu envie de lui renvoyer la balle et de refaire le monde, une question à la fois, avec lui.

Quelle est ta définition de l’innovation ?

 

Être innovant, c’est apprendre à désapprendre. C’est oublier ce que nous n’avons pas choisi pour tisser les idées et les choses autrement.

 

Pourquoi avoir choisi de t’impliquer au Mitis Lab?

 

Je pense que le MitisLab peut inspirer des changements profonds dans la Mitis. C’est une organisation qui a le potentiel d’aider bien des organisations de la région à se réinventer et à transformer les collectivités pour le mieux.

 

Quel est ton/tes champs de compétences?

 

L’innovation stratégique, c’est-à-dire la transformation des façons de penser des dirigeants-es afin de maximiser l’impact sur l’environnement de leurs organisations.

 

Qui/Quelles sont tes inspirations en matière d’innovation?

 

Carl von Clausewitz (1780-1831). C’est un officier qui a profondément questionné son identité et ses allégeances pour comprendre les bouleversements de son époque avec une grande lucidité. 

 

Quels sont les projets qui t’animent présentement? 

 

Je pense que la dématérialisation croissante du travail permettra à un nombre toujours plus grand de personnes d’habiter là où elles le souhaitent. Je pense qu’il est urgent de préfigurer et de démocratiser de nouvelles façon d’habiter le territoire, ensemble.

« Être innovant, c’est apprendre à désapprendre. C’est oublier ce que nous n’avons pas choisi pour tisser les idées et les choses autrement.»

L’intelligence collective se traduit de quelle manière pour toi?

 

C’est un processus où des communautés s’entendent sur une vision partagée de l’avenir et sur les obstacles et opportunités sur lesquels ils doivent agir ensemble.

 

À ton avis, à quoi ressemble un territoire intelligent?

 

Le territoire devient intelligent, à mon sens, lorsque les acteurs sociaux ont des espaces pour comprendre sur ce qui impacte le devenir collectif.

 

Quelle est ta vision de l’entrepreneuriat/ du travail? À quoi ressemble l’entrepreneur de demain?

 

Le travail doit prendre un virage démocratique. La formule verticale et autoritaire en entreprise m’apparaît aussi dépassée qu’improductive. L’autonomisation des personnes au sein d’organisations qu’elles contrôlent permet de cultiver un climat humain où la créativité fleurit.

 

Quel livre / conférence / podcast / rencontre t’ont le plus marqués? Pourquoi?

 

La balado ‘Manuel pour changer le monde’ est une belle réalisation collective de l’École d’innovation sociale.

 

En tant qu’entrepreneur/acteur de changement engagé, comment arrives-tu à préserver ton équilibre de vie?

 

[Ceci reste à réussir!]

 

Comment décrirais-tu ta relation à la nature?

 

J’ai grandi en forêt. J’y ai travaillé toute ma jeunesse et comme étudiant. Ma carrière m’en a éloigné. De retour dans la région, je constate à quel point le contact avec la nature au quotidien aide à ramener chaque situation à l’essentiel. C’est non seulement bon pour l’être, c’est aussi une capacité critique pour les gestionnaires.

***

Natif de la Gaspésie, Philippe Dufort a grandi sur une petite ferme. Au terme de ses études collégiales, il voyage en Amérique latine. Ses séjours dans différents pays, tels que l’Équateur, Cuba, le Mexique et la Colombie, l’exposent aux problèmes sociaux et aux enjeux de la pauvreté, de l’inégalité et de l’injustice.

Après plusieurs années à étudier le conflit colombien et à travailler en collaboration avec des organisations de la société civile au cœur du conflit, Philippe Dufort devient professeur en études de conflits à l’USP. Il se démarque dans ce domaine en s’inspirant des études stratégiques pour intervenir dans les enjeux sociaux.

Il est motivé à amener les gens à se dépasser grâce à son approche pragmatique et à sa passion pour cette discipline.

À propos de l’auteur

Rédactrice et photographe indépendante, notamment pour Beside Magazine, aussi directrice de la programmation au Mitis Lab, Catherine Bernier use de sa créativité pour éveiller les gens à la conscience de soi, collective et environnementale. Originaire de Sainte-Flavie, elle entretient une relation significative avec le territoire de La Mitis et la communauté.

Leave a Reply